Communautés économiques régionales en Afrique

L'intégration des communautés économiques régionales en Afrique était au cœur même de la formation de l'Organisation de l'unité africaine en 1963. L'organisation, après sa création, a examiné les moyens par lesquels elles peuvent aider l'Afrique à devenir plus économiquement intégrée. De nombreux pays africains se battaient encore pour l'indépendance, alors que seuls quelques-uns l'avaient atteinte. Cela a rendu presque impossible de réaliser leur objectif.


LE DÉBUT DES COMMUNAUTÉS ÉCONOMIQUES RÉGIONALES EN AFRIQUE

En 1980, les pays africains ont signé et mis en œuvre le Plan d'action de Lagos pour le développement de l'Afrique. Ils ont suivi avec un traité en 1991 pour établir la Communauté économique africaine, qui a cédé la place à la formation de blocs économiques régionaux.

Depuis lors, 8 communautés économiques régionales (CER) ont été établies en Afrique. Ces blocs sont:

  • Union du Maghreb arabe (UMA)
  • Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA)
  • Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD)
  • Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC)
  • Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC)
  • Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)
  • Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD)
  • Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC)

Le plus grand défi des communautés économiques régionales est le chevauchement des adhésions. Un exemple est qu'en Afrique de l'Est, le Kenya et l'Ouganda sont membres à la fois de la CAE et du COMESA. Après son retrait du COMESA, la Tanzanie est membre à la fois de l'EAC et de la SADC. Malgré ce problème, les CER ont été un succès en Afrique.

UNION DU MAGHREB ARABE (UMA)

Cette CER établie le 17 février 1989 comprend l'Algérie, la Libye, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie. Le syndicat, cependant, n'a pas décollé comme prévu. Bien qu'il soit toujours actif, ses membres sont en proie à des désaccords sans fin, la question la plus controversée étant la région du Sahara occidental, sur laquelle le Maroc et l'Algérie sont profondément en désaccord. De nombreux experts proches du pouvoir et qui comprennent cette région conviennent que le syndicat est en sommeil.

La dernière réunion de haut niveau entre les États membres a eu lieu le 3 juillet 2008. L'Union a une population totale estimée à 101 millions d'habitants en 2019 et un PIB en PPA de 1 276 100 milliards de dollars et un PIB en termes nominaux de 421,5 dollars. milliard. Cela en fait l'une des CER les plus grandes et les plus riches d'Afrique.


MARCHÉ COMMUN DE L'AFRIQUE ORIENTALE ET AUSTRALE (COMESA)

Le COMESA compte 19 pays: Burundi, Comores, RD Congo, Djibouti, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Libye, Madagascar, Malawi, Maurice, Rwanda, Seychelles, Soudan, Swaziland, Ouganda, Zambie, Zimbabwe.

L'organisation, créée en décembre 1994, a son siège à Lusaka, en Zambie. Il a une population de 520 millions d'habitants, un PIB nominal de 730,4 milliards de dollars et couvre 12 millions de kilomètres carrés.

Le COMESA a été à l'avant-garde de la lutte pour un développement économique durable, promouvant le développement conjoint dans tous les pays et garantissant la stabilité politique dans la région. Ils ont également créé une zone de libre-échange qui a permis des investissements étrangers dans la région. L'organisation a également négocié avec d'autres partenaires internationaux, portant son commerce mondial total à 235 milliards de dollars.

COMMUNAUTÉ DES ÉTATS SAHÉLO-SAHARIENS (CEN-SAD)

La région comprend 29 pays africains, le Nigeria étant la plus grande économie. Ses membres comprennent; Bénin, Burkina Faso, République centrafricaine, Tchad, Comores, Côte d'Ivoire, Djibouti, Égypte, Érythrée, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Libye, Mali, Mauritanie, Maroc, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Togo et Tunisie.

Créée en février 1998 à la suite de la Conférence des dirigeants et chefs d'État tenue à Tripoli, en Libye. Son siège est à Tripoli, en Libye. Il a une population de plus de 600 millions d'habitants, un PIB de plus de 1,5 billion de dollars, couvrant 14,3 millions de miles carrés de masse continentale.

L'organisation a souligné la nécessité de créer une zone de libre-échange, tout en négociant en tant que front uni, en négociant et en négociant avec les pays internes et externes et en veillant à la stabilité des États membres.

COMMUNAUTÉ DE L'AFRIQUE DE L'EST (EAC)

La CAE comprend 6 États membres; Burundi, Kenya, Rwanda, Soudan du Sud, Tanzanie et Ouganda. Il a été créé en 1967 par le Kenya, l'Ouganda et la République-Unie de Tanzanie. Après 10 ans, la nouvelle organisation a été dissoute. Il a cependant été rétabli en 2007 et fonctionne depuis lors et va encore plus loin pour gagner 3 membres supplémentaires.

Il a créé un marché unique pour les pays membres, voyager sans visa et a entrepris des projets en tant qu'union. L'organisation a également appelé à l'intégration africaine. À titre de démonstration, ils ont signé un accord avec le COMESA et la SADC pour créer une zone de libre-échange au sein des trois organisations. Bien que cela n'ait pas encore été ratifié, cette décision devrait contribuer au développement économique des États membres.

La région compte 173 millions d'habitants, un PIB nominal de 163 milliards de dollars américains et couvre une superficie de 2 467 202 kilomètres carrés.


COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS DE L'AFRIQUE CENTRALE (CEEAC)

La communauté compte 11 États membres; Angola, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo, République démocratique du Congo, Guinée équatoriale, Gabon, Rwanda et Sao Tomé-et-Principe.

Créée en 1983, la CEEAC est restée inactive pendant des années en raison de l'instabilité politique dans la région. Des guerres comme la guerre en RDC, où certains de ses États membres se battaient de différents côtés et des contraintes financières étaient quelques-unes des raisons de l'inactivité.

Malgré les difficultés initiales, l'organisation a créé une zone franche dans toute la région, a entraîné la fin des restrictions quantitatives et d'autres barrières commerciales dans la région, harmonisé l'unité commerciale entre les États membres et promu la paix dans la région depuis sa création. Elle a un PIB de 251 milliards de dollars, une population d'environ 181 millions d'habitants et couvre 6,5 millions de kilomètres carrés de terres émergées.

COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST (CEDEAO)

La CEDEAO compte une population de plus de 390 millions d'habitants, un PIB nominal de plus de 650 milliards de dollars et une superficie totale de 5 114 162 kilomètres carrés.

Fondée le 28 mai 1975 avec la signature du traité de Lagos, l'organisation a commencé à mettre en œuvre l'intégration économique dans la région. La région a réussi à négocier de meilleurs produits pour ses minéraux, à créer une zone de libre-échange et a récemment proposé l'idée d'une monnaie unique appelée ECO dans toute la région. Ils prévoient de déployer l'Eco l'année prochaine, 2020.

Les États membres de la CEDEAO sont: Bénin, Burkina Faso, Cabo Verde, Côte d'Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone et Togo.

AUTORITÉ INTERGOUVERNEMENTALE POUR LE DÉVELOPPEMENT (IGAD)

L'IGAD compte 8 États membres: Djibouti, Éthiopie, Érythrée, Kenya, Somalie, Soudan, Soudan du Sud et Ouganda.

Depuis sa création, il s'est concentré sur la stabilité politique et l'augmentation des engagements commerciaux entre les États membres. Par exemple, en 2006, en collaboration avec d'autres pays africains et l'AMISOM, l'IGAD a lancé une mission en Somalie, une région qui avait été en proie à des terroristes liés à Al-Qaïda pour tenter de stabiliser la région.

L'organisation a également été à l'avant-garde en appelant à l'ouverture des marchés africains aux États membres et en proposant la signature d'un accord de libre-échange pour aider les pays africains à optimiser leur production économique.

La région a un PIB nominal de plus de 240 milliards de dollars, une superficie totale de 5 204 977 kilomètres carrés et une population de plus de 190 millions d'habitants.


COMMUNAUTÉ DE DÉVELOPPEMENT DE L'AFRIQUE AUSTRALE (SADC)

La SADC est l'une des plus grandes organisations commerciales d'Afrique, avec une population de plus de 345 millions d'habitants et un PIB nominal de 726 milliards de dollars. Il couvre également une superficie de plus de 10 millions de kilomètres carrés. Les États membres de la SADC sont: l'Angola, le Botswana, la République démocratique du Congo, le Lesotho, Madagascar, le Malawi, Maurice, le Mozambique, la Namibie, les Seychelles, l'Afrique du Sud, le Swaziland, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe.

L'idée de former l'organisation est née dans les années 60 et 70, les États membres faisant des échanges bilatéraux. Cependant, il était nécessaire de créer une organisation plus permanente où les États membres pourraient bénéficier d'une zone de libre-échange et en 1980, l'organisation a vu le jour.

L'organisation a été un succès, répondant principalement aux préoccupations quotidiennes des pays en développement en Afrique, et mettant au défi d'autres communautés de s'associer, des entreprises pour établir une grande zone économique dans la région. Il a montré l'exemple en s'associant au COMESA et à la CAE pour former un bloc de trois régions pour le libre-échange, qui devrait être le plus important d'Afrique.


Ulrich Sena Mele | Benin du Futur

Version anglaise disponible sur le site Analyst Kingdom

Senan U. MELE est un membre contributeur du think tank Benin du Futur et le créateur de Analyst Kingdom. Il est originaire du Bénin et vit aux Etats Unis depuis 2008. Après avoir obtenu deux MBA en Gestion des Finances et en Systèmes d'Informations Technologiques, il s'engage dans l'industrie des Medias à New York. Sènan a une connaissance profonde en gestion des bases de données, automatisation et amélioration des systèmes de production de rapports, et en analyses de données. Il est passionné par la Finance, l'économie et les questions de développement.


Brève Présentation du Think Tank Bénin du Futur

Opérant principalement au Bénin, aux Etats-Unis et en France, Bénin du Futur est un creuset de réflexions pour l'animation de recherches et la conduite d'études destinées à éclairer les gouvernants, les milieux d'affaires et les citoyens sur les grands enjeux de développement du Bénin et de l’Afrique. 


Nos centres d’intérêt principaux sont: l'éducation, la finance, la gouvernance, le développement inclusif ainsi que l'énergie et les infrastructures.


Bénin du Futur est aussi un membre fondateur du Club de Casablanca qui est une coalition des meilleurs think tanks et centres de recherche du continent africain. 


Contacts

www.benindufutur.org

info@benindufutur.org 


Comments

Popular posts from this blog

Consommons Local

La pagaille des carrières de sable