Eco: monnaie unique pour le bloc économique ouest-africain (2019)

En juin 2019, les 15 États membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ont indiqué qu'ils allaient de l'avant avec le plan de monnaie unique dans toute la région de l'Afrique de l'Ouest. Cette idée, née il y a plus de 30 ans, est désormais en voie de mise en œuvre. Les États membres de la CEDEAO ont l'intention de mettre la monnaie en service dès 2020.


INTÉGRATION ÉCONOMIQUE ACCRUE ENTRE LES ÉTATS MEMBRES

Eco est le nom de la monnaie commune proposée, qui sera réglementée par la Zone monétaire ouest-africaine (ZMAO). L'objectif de cette monnaie est de créer une puissance économique dans toute la région grâce à l'intégration économique des États membres. Les États membres s'attendent également à ce qu'il stimule le développement économique de la région. L'analyste économique, Tokunbo Afikuyomi, a mentionné cet impact dans une interview à CNN: «La monnaie unique, si elle est correctement mise en œuvre, améliorera le commerce en permettant à des pays spécifiques de se spécialiser dans leurs domaines de compétence et de l'échanger contre d'autres biens que d'autres pays du bloc. produire plus efficacement. "

AVANTAGES POTENTIELS DE L'ECO

Il existe deux groupes parmi les 15 États membres. D'un côté, 8 pays utilisent le franc CFA (Bénin, Burkina Faso, Guinée-Bissau, Côte d'Ivoire, Mali, Niger, Sénégal et Togo). De l'autre, nous avons des pays qui n'utilisent pas le franc CFA (Cap-Vert, Gambie, Ghana, Guinée, Libéria, Nigéria et Sierra Leone).

Une intégration réussie de la monnaie réunira plus de 385 millions de personnes dans la région. Cela résoudra les problèmes de change auxquels ces pays sont actuellement confrontés dans le commerce international, le tourisme et le secteur bancaire.

La baisse des coûts de transaction dans le commerce aidera également ces pays à créer, à moindre coût, des cadres qui leur conviennent. Cela signifie également que les pays pourront faire du commerce international avec beaucoup de facilité, en raison de la réduction des coûts de transaction. Cette réduction des coûts stimulerait également l'activité commerciale dans la région. Un bon exemple est l'intégration de l'euro. Un rapport a montré qu'il y avait une augmentation significative du volume des échanges, du tourisme et des relations internationales en raison d'une monnaie commune dans toute la région européenne.

La transparence des prix est également un autre domaine qui a entravé l'augmentation des échanges entre ces pays. Avec huit de ces pays déjà dans une monnaie commune, il est devenu difficile pour eux de commercer efficacement avec les sept autres membres de la CEDEAO. Cela devrait cependant changer avec l'introduction de l'Eco. Eco comblera le fossé entre toutes ces nations, garantissant la réalisation d'une tarification standardisée des biens et services dans la région.

En rassemblant les ressources, les pays membres entraîneront également une baisse à la fois de la performance des taux d'inflation et des taux d'intérêt. Étant donné que plusieurs pays participent à une telle entreprise, l'instabilité politique dans un pays n'affectera pas de manière significative la monnaie en termes d'inflation et de taux d'intérêt. Ces avantages de l'Eco permettront aux États membres de répartir les risques dans un pool plus large. Par conséquent, il y aura beaucoup de confiance dans cette monnaie; cela peut également entraîner une augmentation des investissements dans la région.


PROBLÈMES RENCONTRÉS PAR L'ECO

De nombreuses discussions ont eu lieu sur l'impact projeté de cette nouvelle monnaie. Il est à craindre qu’une fois la monnaie établie, le Nigéria dominera et finira par prendre toutes les décisions critiques pour la région. Le Nigeria, avec une population de plus de 191 millions d'habitants, représente environ 67% du PIB régional de la CEDEAO.

Le Nigéria a également soulevé des questions concernant la proposition d'intégrer les monnaies, le président Buhari a déclaré: "En tant que plus grande économie d'Afrique et pays le plus peuplé, nous ne pouvons pas nous permettre de nous précipiter dans de tels accords sans une consultation complète et appropriée de toutes les parties prenantes."

Les pays francophones posent également un problème majeur et ils ne sont peut-être pas tous convaincus de la nouvelle monnaie. Ils doivent considérer s'ils veulent une intégration économique avec des pays qui ont des taux d'inflation et des taux d'intérêt beaucoup plus élevés. C'est l'une des raisons pour lesquelles ces pays s'opposent à une telle démarche.

Cependant, pour les pays francophones, l'envie d'abandonner une monnaie coloniale et de se joindre à d'autres dirigeants africains pour créer une monnaie régionale africaine commune est forte. Le succès de ce franc CFA pose également de nombreuses questions - qu'il ait aidé les pays africains ou qu'il ne profite qu'à la France.

Les pays francophones doivent déposer 50% de leur solde de banque centrale auprès du Trésor français, qui gère l'argent. La France a également un siège permanent dans leur banque centrale et participe à l'élaboration des politiques fiscales de ces pays.

Les experts se sont également déclarés préoccupés par le fait que beaucoup parviennent au consensus selon lequel une monnaie commune à elle seule ne stimulera pas le développement économique de la région. Il y a des problèmes sous-jacents tels que l'instabilité politique, la corruption, le manque de ressources, l'analphabétisme, les mauvais soins de santé et les conflits ethniques - qui peuvent tous affecter négativement cette décision.

CONCLUSION

Indépendamment des défis liés à la mise en place d'une monnaie unique dans la région, il s'agit d'une bonne décision à long terme. L'Union européenne, en tant que point de réflexion, souligne pourquoi une monnaie unique est importante pour les économies qui souhaitent s'intégrer. Le processus peut être difficile, mais le fait est que les avantages à long terme l'emporteront sur les difficultés de création de ce système.

Ulrich Sena Mele | Benin du Futur 

Version anglaise disponible sur le site Analyst Kingdom 

Senan U. MELE est un membre contributeur du think tank Benin du Futur et le créateur de Analyst Kingdom. Il est originaire du Bénin et vit aux Etats Unis depuis 2008. Après avoir obtenu deux MBA en Gestion des Finances et en Systèmes d'Informations Technologiques, il s'engage dans l'industrie des Medias à New York. Sènan a une connaissance profonde en gestion des bases de données, automatisation et amélioration des systèmes de production de rapports, et en analyses de données. Il est passionné par la Finance, l'économie et les questions de développement.


Brève Présentation du Think Tank Bénin du Futur

Opérant principalement au Bénin, aux Etats-Unis et en France, Bénin du Futur est un creuset de réflexions pour l'animation de recherches et la conduite d'études destinées à éclairer les gouvernants, les milieux d'affaires et les citoyens sur les grands enjeux de développement du Bénin et de l’Afrique. 


Nos centres d’intérêt principaux sont: l'éducation, la finance, la gouvernance, le développement inclusif ainsi que l'énergie et les infrastructures.


Bénin du Futur est aussi un membre fondateur du Club de Casablanca qui est une coalition des meilleurs think tanks et centres de recherche du continent africain. 


Contacts

www.benindufutur.org

info@benindufutur.org 


Comments

Popular posts from this blog

Consommons Local

La pagaille des carrières de sable