Projet Wikipedia


Ce projet a été soumis au ministère en charge du numérique en 2019.

L’objectif de ce projet est d’une part d’accroître significativement le nombre de pages/articles Wikipédia consacrés au Bénin, et d’autre part d’intéresser très tôt les apprenants et la jeunesse béninoise au Numérique. En effet, la disponibilité de ressources et de contenus sur le Bénin dans le cyber-espace constitue un des piliers de la stratégie de développement du numérique. Nous considérons que la façon la plus rapide de parvenir à la constitution de la plus large base de connaissances et de ressources sur le Bénin est de mettre à profit les acteurs de notre système éducatif en mobilisant leurs travaux afin de les orienter de façon intelligente pour l’alimentation de la plus grande encyclopédie de ressources libres du monde : Wikipédia (ainsi que d’autres plateformes populaires sur Internet).

La mise en œuvre du projet mettra en présence trois groupes d’acteurs principaux :
  • Le département ministériel du Numérique qui est en charge de la stratégie du développement du numérique 
  • Les départements ministériels chargés des enseignements secondaires et supérieurs
  • Un partenaire de référence, en charge de l’implémentation opérationnelle du projet
Afin de tester la viabilité du modèle, il nous paraît judicieux d’organiser une phase pilote dès la rentrée prochaine avec des centres de savoir tirés sur le volet. Sur une période de 3 mois, les établissements ainsi ciblés seront appelés à organiser la production d’un package de contenus clairement définis et qui sont pertinents pour leurs communautés. L’évaluation de la qualité des contributions permettra de valider la pertinence du projet.

Pour amorcer le projet, un financement sur budget national peut être envisagé dans un premier temps. Il serait alors possible de mobiliser des partenaires techniques et financiers, en l’occurrence l’OIF et l’UNESCO et autres.

L’insertion dans les formations des enseignants d’un module sur la publication ou la mise à jour d’articles sur Wikipédia et l’insertion dans les programmes scolaires de sessions de formation analogues constituent des pistes prometteuses pour garantir la pérennité de l’initiative.

I- Les acteurs impliqués


Le Ministère du numérique
En tant que structure d’exécution tactique de la stratégie nationale de développement du numérique, il portera le projet et mobilisera les ressources nécessaires à sa réalisation. Un comité de pilotage sera créé à cette fin et sera présidé par un représentant de Madame la Ministre. Y prendront part les représentants des autres acteurs suscités.

Les Ministères en charge de l’enseignement (secondaire, technique, supérieur)
La réalisation diligente du projet ne sera possible qu’au prix d’une injonction faite par les autorités concernées aux acteurs de la chaîne de formation et de production de connaissances. Ceci peut se faire sous la forme d’une circulaire prise par chaque ministre enjoignant les établissements scolaires et les universités de s’organiser pour faire contribuer leurs apprenants à la constitution des données à soumettre à la plateforme de centralisation. Les exposés, les devoirs de maison, les rapports de stage, les mémoires de fin de formation et autres travaux de recherche pourront aussi être orientés ou convertis a posteriori pour contribuer à ce projet.

Le partenaire de référence
Ajouter des articles sur Wikipédia nécessite une certaine expertise qui ne saurait facilement se matérialiser chez les enseignants et les nombreux apprenants appelés à contribuer à l’enrichissement de la plateforme en articles sur le Bénin. De plus, l’insuffisance des liaisons Internet à travers les différentes localités n’est pas de nature à faciliter l’édition en ligne des articles. 
La meilleure stratégie consiste donc à centraliser tous les articles auprès d’un partenaire de référence qui se chargera de leur publication sur Wikipédia. Une plateforme dédiée sera conçue ou choisie pour recueillir les différentes contributions. Cette dernière disposera également du canevas exigé pour chaque type d’article (localités, personnalités, monuments, événements,…) en lien avec les priorités définies par le comité de pilotage du projet. Le partenaire pourra ainsi collecter les statistiques des contributions des différents acteurs et sur l’évolution du programme. Pour accomplir sa mission, le partenaire travaillera avec des experts salariés ou bénévoles qui s’attelleront à la relecture et la publication des textes et matériels ainsi collectés.

II- Moyens à mettre en œuvre
La conception ou la sélection d’une plateforme de centralisation des contenus, la campagne de communication autour du projet, et le fonctionnement du partenaire de référence sont les principaux centres de coûts du projet. Sur la durée du projet estimée à 36 mois, le partenaire devra mobiliser des experts pour mener à bien le projet.
Le budget dépendra des choix opérés. 

III- Phase pilote
Afin de tester la viabilité du modèle, il nous paraît judicieux d’organiser une phase pilote dès la rentrée prochaine avec des centres de savoir tirés sur le volet. Sur une période de 3 mois, les établissements ainsi ciblés seront appelés à organiser la production d’un package de contenus clairement définis et axés sur leur environnement géographique et socio-culturel (articles sur l’établissement lui-même, sur le quartier, sur la ville, sur la région, sur des alumni ou des personnes exceptionnelles ou des entreprises issues ou installées dans leur région, etc.)  L’évaluation de la qualité des contributions permettra de valider la pertinence du projet.

VI- Pérennité de l’initiative
L’insertion dans les formations des enseignants d’un module sur la publication ou la mise à jour d’articles sur Wikipédia et l’insertion dans les programmes scolaires de sessions de formation analogues constituent des pistes prometteuses pour garantir la pérennité de l’initiative.

V- Contenus et Taux de couverture
Les principaux domaines auxquels nous pensons sont : Histoire et Géographie (1), Vie Socio-Economique (2) et Culture, Arts et Sports (3). Ces domaines auront un taux de couverture cumulatif de 50% la 1ere année, 75% la 2e année et de 95% la 3e année. 


Dallys Tom MEDALI et Rethices FAGBOHOUN | Benin du Futur, Think Tank

Bénin du Futur





Opérant principalement au Bénin, aux Etats-Unis et en France, Bénin du Futur est un creuset de réflexions pour l'animation de recherches et la conduite d'études destinées à éclairer les gouvernants, les milieux d'affaires et les citoyens sur les grands enjeux de développement du Bénin. Nos centres d’intérêt principaux sont: l'éducation, la finance, la gouvernance, le développement inclusif ainsi que l'énergie et les infrastructures. 



Dallys Tom MEDALI
Dallys Tom MEDALI est un membre fondateur et le Président du think tank Benin du Futur. Il est aussi un Expert-Comptable accrédité par l’Etat de New York aux Etats-Unis, un Expert dans la lutte contre la fraude financière et le blanchiment d’argent. Précédemment, Dallys a travaillé pour les cabinets internationaux d’Audit et de Consulting PWC, BDO et AMERICAN AUDIT à New York où il a audité, conseillé et assisté les plus grandes banques du monde et d’autres multinationales. Il a aussi travaillé dans le Transport Maritime avec l’entreprise danoise MAERSK au Benin. Il est titulaire d'un Master en Comptabilité de l’Université de Wake Forest aux USA, d’un Diplôme d’Etudes Comptables et Financières de l’Académie de Nantes et d’un Diplôme de Technicien Supérieur en Gestion des Entreprises de l’ENEAM à Cotonou. Il est l’auteur d’une multitude d’ouvrages et prépare actuellement son doctorat aux Etats-Unis. Ses principaux centres d’intérêts sont la finance, la gouvernance publique, l’éducation, et l’entrepreneuriat.

Réthices FAGBOHOUN
Réthices FAGBOHOUN est un membre fondateur du think tank Bénin du Futur et le responsable des admissions et des adhésions. Il est aussi un ingénieur financier et informatique auprès de la Société Générale pour Altran France. Précédemment, Réthices a travaillé pendant de nombreuses années dans la finance d'entreprise et la technologie auprès de diverses entreprises au Bénin et en France. Il est aussi le fondateur du concours international d’épellation Epelle-moi. Il est titulaire d'un Master en Finance de l'Université Paris Dauphine, d'un Master en Activités bancaires de l'Université de Picardie, d'une Maîtrise en Economie de la FASEG et d'un Diplôme de Technicien Supérieur en Gestion des Banques de l'ENEAM au Bénin. Ses principaux centres d’intérêts sont la finance, la gouvernance publique et les innovations technologiques.

Comments

Popular posts from this blog

Consommons Local

La pagaille des carrières de sable