Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA | AFCTA)

Les zones de libre-échange ont toujours été l'une des voies que les pays empruntent pour se développer plus rapidement. L'Union européenne, par exemple, a facilité les échanges entre de nombreux pays européens. Cela a à son tour contribué à une augmentation du taux de croissance au cours des quatre dernières décennies, résultant en une Europe plus développée et intégrée. Le discours d'un cadre similaire en Afrique a toujours dominé les médias grand public et la géopolitique du continent. Un tel cadre est apparu sous la forme de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).


LA CRÉATION DE L'AFCFTA

De nombreux dirigeants africains ont fait de leur mieux pour pousser à l'établissement d'un libre-échange au fil des ans, sans succès. Cependant, cela a changé et il existe maintenant une solution de travail et acceptable après qu'un total de 54 pays africains ont signé l'Accord de libre-échange continental africain. Cet accord a conduit à la création d'une zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA). Seule l'Érythrée n'a pas signé cet accord, invoquant son conflit de longue date avec l'Éthiopie. L'implication de tous ces pays fait de l'AfCFTA la plus grande zone de libre-échange par le nombre de pays impliqués.

LES AVANTAGES DE L'AFCFTA

Le volume actuel des échanges entre pays africains ne représente que 19% de l'ensemble des échanges sur le continent. Cela contraste fortement avec l'Europe, où 69% des échanges se font entre les pays européens, ou avec l'Asie, où les échanges intra-commerciaux représentent 59%. L'AfCFTA promet d'augmenter le commerce intra-africain de 52% d'ici 2022 (par rapport aux niveaux du commerce en 2010) et de doubler la part du commerce intra-africain (actuellement environ 19% des exportations africaines) au cours des 10 prochaines années. Si l'AfCFTA peut y parvenir, l'Afrique sera sur la bonne voie pour devenir un continent développé.

L'AfCFTA garantira également un accès plus facile aux investissements et un plus grand marché auquel puiser. La puissance combinée de 4 billions de dollars en dépenses et investissements stimulera la croissance à travers le continent. Il y aura également un énorme marché de 1,2 milliard de personnes qui seront des clients potentiels pour toute ouverture d'entreprise en Afrique. Cela agira comme une grande motivation pour plus d'investissements à travers le continent.

Il y aura également une augmentation du bien-être et des incitations pour les entreprises à travers l'Afrique en raison de l'élimination des tarifs. Les fonds autrement utilisés pour régler les tarifs iront donc à d'autres investissements et pourront même se retrouver dans des projets sociaux et des augmentations de salaire pour les travailleurs de ces entreprises.

LES OBJECTIFS DE L'AFCFTA

La création de l'AfCFTA a les objectifs suivants:

Création d'un marché unique en Afrique: cela signifiera une élimination complète des facteurs qui entravent actuellement les échanges entre les pays africains. La mise en place d'une union douanière continentale accélérera ce processus de taxation. Il y aura également la libre circulation des entités commerciales à travers les pays et une augmentation du tourisme grâce à la délivrance de visas à l'arrivée.

Expansion du commerce intra-africain: les pays africains sont plus que jamais déterminés à travailler ensemble sur le plan commercial. Avec la création de l'AfCFTA, le volume des échanges entre les pays africains doublera au cours de la prochaine décennie. Cela aidera l'Afrique à combler l'écart entre le commerce intra-africain et d'autres zones de libre-échange continentales telles que l'Union européenne.

Résolution des défis résultant du chevauchement des communautés économiques régionales (CER): Les CER ont été un succès à travers l'Afrique. Cependant, l'un des principaux défis auxquels ils ont été confrontés est le chevauchement des adhésions dans ces communautés. Un bon exemple est la Tanzanie, qui fait partie de la Communauté de l'Afrique de l'Est et également de la Communauté de développement de l'Afrique du Sud. Ces communautés cesseront d'exister avec le nouvel accord. Cela signifie que tous les pays peuvent faire du commerce sans se soucier de quel bloc régional ils viennent.

Compétitivité accrue: les entreprises seront en mesure de fournir des biens et services de qualité en raison de la concurrence accrue d'autres pays africains. Il y aura également une concurrence sur les prix des produits et services à travers l'Afrique. Cela entraînera une baisse des prix des biens et services pour les citoyens africains. Cela stimulera également le développement dans la région et entraînera l'innovation à travers l'Afrique.


LE COÛT ET LES DÉFIS DE LA ZLECA

La mise en œuvre de l'AfCFTA, bien qu'à ses débuts, sera confrontée à des défis en cours de route qui détermineront si elle survivra ou non. Le principal défi est la croissance économique du pays. La plupart des pays africains sont des pays en développement. En tant que tels, ils ont tendance à avoir des problèmes majeurs pour équilibrer les déficits commerciaux avec les pays avec lesquels ils commercent. La plupart des pays ayant des produits agricoles ou minéraux comme principale exportation, les petits pays seront confrontés à des compétitions plus dures lorsqu'ils affronteront des pays disposant de ressources plus importantes. Cela pourrait avoir des effets dévastateurs sur ces pays et ralentir leur croissance du PIB.

Un autre facteur majeur est le massacre des industries locales par l'importation de biens bon marché. Cela a été révélé car le Nigéria était réticent à signer l'accord de la ZLECA qui en ferait un membre pleinement engagé. Le président nigérian avait fait valoir qu'un tel accord ouvrirait la porte à des marchandises bon marché en provenance des pays voisins pour inonder son marché. L'évasion fiscale était également une préoccupation majeure pour le Nigéria.

Le Nigéria a depuis fermé ses frontières avec la majorité de ses voisins , se plaignant qu'ils utilisent ces frontières pour importer du riz et d'autres produits agricoles moins chers au Nigéria. Cela a entraîné une baisse des bénéfices pour les agriculteurs et les entreprises du Nigeria, ce que le gouvernement nigérian s'est engagé à arrêter.

LA PERSPECTIVE DE L'AFCFTA

L'accord promet une Afrique plus unie, prête à assumer la responsabilité de ses affaires. Les pays africains devront s'efforcer de lisser le hoquet actuel pour empêcher l'AfCFTA d'avancer à une vitesse beaucoup plus élevée.

L'AfCFTA a pour objectif d'assurer le développement économique de tous les pays africains. Ce sera un catalyseur pour le développement économique durable du continent.

Ulrich Sena Mele | Benin du Futur

Version anglaise disponible sur le site Analyst Kingdom

Senan U. MELE est un membre contributeur du think tank Benin du Futur et le créateur de Analyst Kingdom. Il est originaire du Bénin et vit aux Etats Unis depuis 2008. Après avoir obtenu deux MBA en Gestion des Finances et en Systèmes d'Informations Technologiques, il s'engage dans l'industrie des Medias à New York. Sènan a une connaissance profonde en gestion des bases de données, automatisation et amélioration des systèmes de production de rapports, et en analyses de données. Il est passionné par la Finance, l'économie et les questions de développement.


Brève Présentation du Think Tank Bénin du Futur

Opérant principalement au Bénin, aux Etats-Unis et en France, Bénin du Futur est un creuset de réflexions pour l'animation de recherches et la conduite d'études destinées à éclairer les gouvernants, les milieux d'affaires et les citoyens sur les grands enjeux de développement du Bénin et de l’Afrique. 


Nos centres d’intérêt principaux sont: l'éducation, la finance, la gouvernance, le développement inclusif ainsi que l'énergie et les infrastructures.


Bénin du Futur est aussi un membre fondateur du Club de Casablanca qui est une coalition des meilleurs think tanks et centres de recherche du continent africain. 


Contacts

www.benindufutur.org

info@benindufutur.org 


Comments

Popular posts from this blog

Consommons Local

La pagaille des carrières de sable